Faire de la santé holistique une norme
SUR Le BLOG

Les produits minceur sont-ils efficaces ?

« Perdez 5 kilos sans le moindre effort ! »
« Jusqu’à 4 cm de tour de taille en moins en 1 mois ! »
« Efficacité prouvée sur la cellulite en 10 jours ! »

Comme chaque année avec l’arrivée des beaux jours, les pilules pour maigrir, s’affiner, faire disparaître la peau d’orange ou encore diminuer l’appétit pullulent, et avec elles, des campagnes publicitaires aux slogans plus alléchants les uns des autres. Ces dernières années, depuis les scandales du Mediator (le comprimé aux quelque 2000 morts) et des pilules Alli, de plus en plus de fabricants de compléments alimentaires mettent en avant une composition 100% d’origine naturelle et sécure.

  • Mais ces pilules sont-elles efficaces ? 
  • Présentent-elles tout de même des risques pour la santé ? 
  • Comment agissent-elles sur notre organisme ? 

Voici quelques éléments de réponses pour t’aider à y voir plus clair, au cas où les sirènes du marketing t’aient donné envie d’essayer ce type de produits.

Comment agissent les pilules minceur ? Que trouve-t-on dedans ?

Les pilules minceur peuvent être divisées en quatre grandes catégories en fonction des effets escomptés :

1/ L’effet brûle-graisses et absorption des graisses

On y trouve généralement caféine et thé vert qui, de par leur teneur en catéchines, augmentent la présence de noradrénaline dans l’organisme. À la fois neurotransmetteur et hormone, cette dernière permet entre autres d’accroître l’adrénaline et donc les dépenses énergétiques du corps. 

Le thé vert est souvent utilisé dans les produits minceur comme brûleur de graisses.

Parmi les autres ingrédients chouchou des brûle-graisses et capteurs de graisses, on retrouve très souvent ceux-ci : curcuma, piment, guarana, cétone de framboise, chitosan, wakamé, carnitine, Acide Linoléique Conjugué (connu sous les abréviations CLA ou ALC), chrome, nopal, fibres d’orange ou de cacao, citrus aurantium… 

Ajoute à cela quelques vitamines pour maintenir un bon niveau d’énergie pendant la phase de régime ainsi que quelques ingrédients coupe-faim comme les graines de caroube ou le konjac… Tu obtiens alors un cocktail vendu comme étant totalement naturel, bon pour la santé et idéal pour perdre du poids ! 

D’un côté, le brûle-graisse augmente la thermogénèse (la production de chaleur dans le corps et donc la dépense d’énergie et de calories) ce qui favorise la dégradation des lipides (lipolyse). De l’autre, le capteur de graisses est censé venir les grignoter directement au niveau des intestins. Malheureusement, dans les faits ce n’est pas si simple. Nous verrons cela plus en détail un peu plus bas.

2/ L’effet drainant et/ou diurétique

Une fois les graisses dégradées et les toxines ciblées, il est nécessaire de les éliminer. Pour cela, la manière la plus naturelle et efficace à disposition est le mouvement ! La marche rapide et toutes les séances de sport sont ce qu’il y a de plus précieux pour remettre en mouvement la lymphe et favoriser l’élimination. 

Les composants et les plantes aux actions drainantes et diurétiques peuvent être un bon de coup de pouce, mais là encore, il y a pas mal de dérives qui se traduisent par des « perdez X kilos sans effort ! ». On te vend alors des pilules visant la lutte contre la rétention d’eau, l’amélioration de la circulation sanguine et l’évacuation des déchets.

Souvent, ces pilules agissent sur divers émonctoires du corps. Les émonctoires sont les organes capables d’éliminer les toxines endogènes (liées aux processus de digestion, de transformation, de métabolisation naturels du corps) et exogènes (excès et mauvais choix alimentaires, toxiques alimentaires et médicamenteux, polluants, etc.). Il s’agit du foie, des intestins, des reins, des poumons et de la peau. En naturopathie, on veille à les drainer et à en prendre soin toute l’année. On ne le fait donc pas volontairement n’importe quand, ni n’importe comment ! 

En effet, chaque organe a un fonctionnement réglé sur des cycles saisonniers. Il est donc préférable de soutenir leur travail à des moments précis et non juste avant ses vacances d’été… De plus, selon son état de santé, il peut être fortement déconseillé d’aller stimuler un organe en cas de faiblesse énergétique de celui-ci ou d’excès de toxines et toxiques. En forçant le corps avec des pilules ou remèdes trop forts et non appropriés à son état de santé et ses niveaux d’énergie, on pourrait se sentir plus fatigué qu’autre chose, avec des réactions d’élimination et qui plus est, sans résultats !

Les composés que tu retrouveras régulièrement dans les pilules drainantes et diurétiques sont le pissenlit, le radis noir, la queue de cerise, l’artichaut, l’ortie, le chardon-Marie, l’orthosiphon, le bouleau ou encore la vigne rouge. S’ils participent à l’élimination des déchets, pris de manière isolée -soit sans une alimentation saine, du sport et un véritable diagnostic sur les raisons de ton excédent de poids, ils n’auront qu’un effet quasi nul sur ton organisme, on parle de quelques dizaines de calories brûlées chaque jour tout au plus.

3/ L’effet coupe-faim

As-tu déjà essayé de laisser tremper des graines de chia dans un lait végétal ? Au contact du liquide, cette minuscule graine va alors gonfler et libérer une sorte de gel (mucilage) faisant de ta mixture un parfait porridge à agrémenter selon tes goûts ! La grande majorité des coupe-faim en gélule ou en boisson fonctionnent sur ce principe-là : occuper l’espace dans ton estomac en absorbant les liquides présents dans ton bol alimentaire pour te donner une sensation de satiété. 

Star des coupe-faim, le konjac, par exemple, multiplie sa taille par 20 une fois ingéré. Cette plante d’origine asiatique est donc très souvent présente dans les compléments alimentaires. C’est aussi le cas du fucus (une algue), de l’agar-agar, des graines de chia et de la caroube, un fruit dont la pulpe se gorge de liquide très facilement formant un gel rassasiant dans l’estomac.

Au contact des liquides de l'organisme, les graines de chia gonflent et peuvent ainsi couper la faim.

L’aspect naturel de ces plantes rassasiantes, s’il constitue un bel argument de vente, n’est cependant pas sans risque. Ainsi, le garcinia cambogia, un fruit tropical asiatique, s’inscrivait parmi les régulateurs d’appétit les plus prisés sur le marché, mais il a été tout simplement interdit dans de nombreux pays dont la France après trois réactions graves observées chez des consommateurs en Amérique du nord.

Ceux-ci avaient ingéré le fruit sous forme de compléments alimentaires mélangés à d’autres substances, dont de la caféine. Plus que le garcinia en lui-même, ce sont les risques d’interactions entre divers composants qui peuvent s’avérer dangereux. Depuis, l’ANSM (Agence nationale de sécurité sanitaire des produits de santé) a donc décrété que l’intégration du garcinia mélangé à d’autres composants à visée amaigrissante était proscrite. La vente de ce produit seul ou avec uniquement des composés naturels reste toutefois autorisée dans l’Hexagone.

Outre le garcinia cambogia, deux autres plantes sont interdites par l’ANSM dans les préparations à visée amaigrissantes : le fruit vert de Citrus aurantium L. ssp aurantium (Citrus aurantium L. ssp amara) et les préparations à base de la plante Hoodia gordonii.

4/ L’effet cétogène

Certaines pilules sont aussi conçues et vendues pour soutenir les régimes de type kéto. Il s’agit d’une diète exigeante qui peut entraîner des carences que les pilules à effet cétogène viennent compenser. On y trouve ainsi des cétones (produites normalement par le foie à partir des graisses pour puiser dans les sucres), des vitamines et d’autres éléments communs aux brûleurs de graisses comme la carnitine ou le thé vert.

Il est important d’avoir à l’esprit que pour fonctionner, notre organisme a besoin de trois types de carburants : les protéines, les glucides et les lipides. Lors d’une diète cétogène, on réduit fortement l’apport en glucides (50 grammes par jour au maximum) tout en accroissant fortement les apports en lipides et en maintenant ceux en protéine à des niveaux habituels. Le foie va alors produire des corps cétoniques depuis les lipides apportés via les matières grasses ou depuis les réserves déjà existantes dans le but de fournir de l’énergie. On dit que l’organisme est alors en état de cétose. 

Il est ici bon de rappeler que la diète cétogène est plutôt à envisager comme un régime thérapeutique à suivre sur une courte période. Dans tous les cas, je t’invite à écouter mon podcast « Quel est le meilleur régime ? » pour savoir quelle diète sera adaptée à ton profil, à ton organisme et ses problématiques, ainsi qu’à ton style de vie.

Efficacité « scientifiquement prouvée »… ou pas

Pour appuyer leurs discours, les fabricants de compléments alimentaires n’hésitent pas à indiquer la mention « testé cliniquement » sur leurs produits. Cependant, aucune différence n’est faite entre des études sérieuses et celles généralement menées par les fabricants ou à l’aide d’investissements privés. Elles sont souvent menées sur un petit groupe de personnes ou sur des animaux, et ce sur de courtes périodes. Il arrive également que tout un tas d’études n’allant pas dans le sens du résultat souhaité finissent tout bonnement à la poubelle ! C’était d’ailleurs ce que me relatait mon enseignant en biochimie et nutrition qui connaissait bien l’envers du décor. Les véritables ressources scientifiques et objectives en la matière sont rares.
D’après une méta-étude remontant à 2011, seuls deux ingrédients sont reconnus de manière unanime par le comité scientifique comme étant efficaces pour augmenter la thermogénèse et soutenir la perte de poids. Il s’agit de la caféine et de la théine. Après avoir passé en revue des centaines de produits minceur présents sur le marché, une équipe de chercheurs de l’Université de l’Oregon a déterminé en 2012 que ces compléments alimentaires ne permettaient que d’obtenir une perte de poids de deux à trois kilogrammes par rapport au groupe placebo et uniquement dans le cadre d’un régime et d’une pratique sportive associés.

« Il est important de prendre en compte ce que l’on sait – et ce que l’on ignore – sur chaque ingrédient d’un complément alimentaire avant de le consommer. »

National Institutes of Health

Plus récemment, le 18 mai 2022, Le National Institutes of Health (NIH), l’agence fédérale chargée de conduire et soutenir la recherche médicale aux États-Unis, a publié une vaste étude analysant les principaux ingrédients présents dans les pilules minceur, mais aussi les poudres, boissons, bars et autres produits présentés comme favorisant la perte de poids. « Certains peuvent contenir des dizaines d’ingrédients, jusqu’à plus de 90 ont été comptabilisés dans un seul et même produit », relèvent les chercheurs qui ajoutent que les ingrédients les plus courants sont d’origine « botanique » (herbes et autres composants végétaux). Les autres principaux composants sont des fibres, de la caféine et des minéraux ajoutés.

Les chercheurs du NIH, eux, mettent en garde : « Nous avons très peu d’éléments permettant de déterminer si les compléments alimentaires amincissants sont efficaces, mais certains d’entre eux ont été associés à des risques de dommages physiques » affirment-ils, expliquant que ces produits pouvaient facilement « interagir ou interférer avec certains médicaments ». 

« Il est donc important de prendre en compte ce que l’on sait – et ce que l’on ignore – sur chaque ingrédient d’un complément alimentaire avant de le consommer », concluent-ils, conseillant vivement les consommateurs de prendre un avis médical avant de s’auto-supplémenter, en particulier pour les personnes souffrant d’hypertension artérielle, de diabète et de pathologies du foie ou du cœur. Or, à l’heure actuelle, moins d’un tiers des consommateurs américains de compléments alimentaires amincissants consultent avant d’en ingérer, selon le NIH.

Des ingrédients dangereux et pourtant naturels

Parmi la liste d’ingrédients les plus couramment utilisés dans les produits amincissants, quatre ont été qualifiés de « non sûrs » par le NIH :

  • Yohimbe (Pausinystalia yohimbe)
    Issu de l’écorce d’un arbre ouest-africain, le yohimbe est surtout connu pour ses vertus aphrodisiaques et depuis plusieurs années pour son action potentielle de brûleur de graisses. Le NIH note « d’importants problèmes de sécurité » en lien avec cet alcaloïde, en particulier pour un dosage au-dessus de 20 mg journalier. Les effets indésirables signalés sont les maux de tête, l’anxiété, l’agitation, l’hypertension ou encore la tachycardie.

  • Hoodia (Hoodia gordonii)
    Cette plante de type cactus provient du désert du Kalahari dans le sud du continent africain. Un nombre significatif de problèmes de sécurité ont été rapportés quant à la consommation du hoodia sous forme de complément alimentaire coupe-faim : augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle, maux de tête, vertiges, nausées et vomissements.

  • Orange amère (Citrus aurantium L.)
    Le citrus aurantium, plus connu sous le nom d’orange amère, est un agrume issu d’un arbuste d’Afrique de l’Est. Les problèmes de sécurité interviennent en particulier lorsque cette plante est combinée à d’autres stimulants comme la caféine. Les effets indésirables vont de douleurs à la poitrine, anxiété, maux de tête, troubles musculo-squelettiques à une augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque.

  • Glucomannane (konjac)
    Le glucomannane n’est autre que de la fibre de konjac, provenant de la racine de la plante, décrite comme étant une des sources naturelles les plus riches en fibres alimentaires. Très pauvre en calories, le glucomannane gonfle énormément au contact des liquides, ce qui en fait un coupe-faim très populaire. Les problèmes de sécurité autour de cette plante concernent les comprimés de glucomannane. Veiller aux recommandations lors de la prise. Des cas d’obstructions de l’œsophage ont été référencés, mais cela dénote évidemment d’un mode de consommation non approprié. Pour les autres formes (fruit, boisson…), peu de risques ont été signalés en dessous de 15 g par jour, à l’exception de quelques effets indésirables comme des flatulences, de la diarrhée, de la constipation et une gêne abdominale.

Tu peux consulter ici la liste complète des principaux composants de produits minceur analysés par le NIH, leur dangerosité et leur efficacité.

« S’il y avait une molécule miracle efficace et sans risque, ça se saurait »

Il est bon de rappeler que tout ingrédient ou produit, aussi naturel soit-il, doit être consommé en toutes connaissances de causes, car il peut être corrélé à des symptômes inconfortables, voire néfastes pour la santé. C’est d’ailleurs déjà ce qu’avançait Mathilde Touvier, chercheuse à l’Inserm, dans un entretien accordé au Monde en 2018 : « Dans le domaine du complément alimentaire, la distinction entre nature et chimie relève parfois davantage de l’imaginaire et de l’argument marketing que de la preuve scientifique. » Ainsi, la chercheuse expliquait que bon nombre de poisons et autres substances nocives existent à l’état naturel dans notre environnement. « Le millepertuis, présenté comme un « antidépresseur naturel », réduit l’efficacité des chimiothérapies et des antirétroviraux », avait-elle notamment cité en exemple, rappelant toutefois que « sauf carence majeure, les nutriments et les vitamines nécessaires à notre bon fonctionnement peuvent tout à fait être apportés par une alimentation équilibrée. »

Bien que naturel, le millepertuis peut entrer en interaction avec d'autres traitements et présenter un danger pour la santé.

Outre les risques d’interaction médicamenteuse, les consommateurs de compléments alimentaires minceur s’exposent également au surdosage (notamment parce qu’ils s’auto-supplémentent sans prendre l’avis d’un professionnel de santé ou de la nutrition) et aux réactions allergiques. « Sans compter que les effets à long terme d’une consommation régulière de ces produits sur la santé sont loin d’être connus », précise encore Mathilde Touvier. 

Bref, la chercheuse résume, selon moi, assez bien la situation : « S’il y avait vraiment une molécule miracle, avec une efficacité sur la durée et sans risque de récidive, ça se saurait et elle serait remboursée par la Sécurité sociale. Elle serait considérée comme un médicament et serait intégrée dans les politiques publiques de lutte contre l’obésité. Or, sauf exception, un complément alimentaire ne peut avoir ni revendiquer d’effets thérapeutiques. Il serait sinon considéré comme un médicament et réglementé comme tel. »

Il existe tout de même des compléments drainants favorisant un bon fonctionnement métabolique qui sont efficaces, à condition d’être bien conseillé et de respecter les périodes ainsi que les modes de consommation idéaux. Et à l’inverse, il y a des compagnies bien moins éthiques dont il faut se méfier.

Pour savoir si un fabricant de produit minceur est fiable, repérez s’il renvoie par exemple vers les recommandations d’un praticien, s’il propose de la documentation scientifique sur son domaine et s’il est possible de joindre un conseiller ou d’être mis en relation avec un praticien de santé. C’est le cas des laboratoires Super-smart, Copmed, Nutrixeal ou la Royale pour n’en citer que quelques-uns.

À l’inverse, méfie-toi des fabricants qui vous vendent des promesses trop belles pour être vraies, qui ne fournissent pas de documentation ni d’explications sur les ingrédients choisis pour leurs produits, qui proposent des prix cassés, des ventes en pack et des abonnements tacites.

Ne te laisse pas non plus happer par les arguments marketing savamment orchestrés ou par les informations manipulées. Un exemple ? Si tu fais quelques recherches par toi-même sur les compléments alimentaires minceur, tu trouveras pléthore de sites d’apparence objective comparants les produits, vantant leur composition naturelle et leur efficacité. Sauf que ces sites (qui s’affichent la plupart du temps dès la première page de résultats de recherches) appartiennent à de grands fabricants de produits minceur qui n’hésitent pas à injecter des centaines de milliers d’euros dans leurs campagnes publicitaires en ligne, dans les médias traditionnels et dans les partenariats avec des influenceurs sur les réseaux sociaux. Méfie-toi par exemple de sites comme Perdre-du-poids-rapidement.org, Avis-pilule-minceur.com ou encore Mon-test-imc.com… Tout ce qui promet des résultats rapides avec des régimes sans aliments naturels, des poudres et des gélules devrait à mon sens être interdit au vu des dégâts sur le métabolisme, sur la vie sociale, sur le moral et le bien-être des personnes qui en sont davantage les victimes que les clients à mon sens. 

Je t’invite, en revanche, à te renseigner afin de faire les bons choix. Tu peux par exemple consulter mon article sur le petit-déjeuner ou comment commencer la journée du bon pied, ou encore cet autre article qui peut t’éclairer sur ce qui te bloque pour perdre du poids.

Ne pas négliger l’aspect humain, émotionnel et holistique

Au-delà de des aspects scientifiques et marketing, imaginer que prendre une pilule miracle peut faire perdre des kilos, c’est faire preuve d’une « méconnaissance profonde du vivant », selon Zineb Reghay, naturopathe à Bordeaux, avec qui j’ai récemment pu m’entretenir sur la question. Comme elle le souligne très justement : « Des kilos en trop, c’est avant tout des systèmes déséquilibrés. L’origine du problème peut être digestif, hormonal ou encore émotionnel conduisant à produire du cortisol en excès par exemple. » Le réflexe « naturopathique » va donc d’être de travailler en premier lieu sur la libération des émonctoires qui sont les organes permettant d’éliminer les déchets que sont le foie (et la vésicule biliaire), les intestins, les reins, les voies respiratoires et la peau. « Avant de se dire qu’on a besoin d’une cure minceur ou détox, il faut s’assurer que les portes de sortie principales sont libérées ! », résume Zineb Reghay, et je suis tout à fait d’accord.

Il faut également faire en sorte que le contexte soit favorable à la perte de poids en mettant la priorité sur le repos et la gestion du stress. Les systèmes d’élimination et de régénération cellulaire opèrent lorsque le système nerveux parasympathique est activé, ce qui est le cas lorsque l’on pratique des exercices respiratoires spécifiques, la méditation, que l’on se repose ou lors du sommeil. En effet, peut-être as-tu déjà remarqué au réveil que la langue est chargée des toxines de la nuit ou encore que tes urines sont plus foncées. C’est dans un état de calme, que le corps peut assimiler, digérer, intégrer et « processer » les informations de la journée. Il peut faire le tri, aussi bien au niveau mémoriel que digestif. À l’inverse, lorsque nous sommes en action, en état de stress, en plein travail ou exercice sportif par exemple, c’est le système sympathique qui prend le relais. 

Ce fonctionnement binaire rythme tous nos fonctionnements internes et il est important de comprendre qu’il est impossible d’éliminer correctement, de perdre du poids, de drainer un organisme épuisé, en état de stress chronique ou qui manque de phase de repos et de détente.

Idées d'infusions detox à base d'orthosiphon, de petit houx, de verge d'or, de queue de cerise mais aussi de romarin, d'artichaut, de pissenlit, de guimauve mauve, de feuilles de ronce et d'aigremoine.

Une minceur durable c’est avant tout un profond bien-être intérieur et une bonne santé.

Comme toujours, c’est véritablement sur l’aspect holistique de l’humain qu’il faut travailler : la minceur ne peut pas se résumer à des cures de drainage ou à une question de calories. À l’inverse, le surpoids n’est pas qu’une question d’excès de calories ou de mauvais choix alimentaires. Il se passe d’autres choses : sur le plan émotionnel, sur le plan mental, sur la gestion du stress, sur les phénomènes inflammatoires. Commence donc d’abord par te poser les bonnes questions : ce poids, d’où vient-il ? C’est de la graisse ? C’est de l’eau ? Est-ce qu’il y a eu une augmentation de la masse musculaire ? Ensuite, ne perds pas de vue non plus que si une personne ne se nourrit pas sur tous les plans, à savoir dans sa vie sociale, professionnelle, amoureuse, familiale ou amicale, on peut se retrouver avec des problèmes de poids. 

Si tu ressens une résistance à la perte de poids, il y a certainement plusieurs leviers pas encore explorés jusque-là.

  • Est-ce que l’alimentation est équilibrée, saine et répond-elle à tous tes besoins du matin au soir ?
  • Consommes-tu suffisamment de protéines ?
  • Ton alimentation est-elle à tendance pro ou anti-inflammatoire ? 
  • Mastiques-tu suffisamment et prends-tu tes repas calmement ? 

>>> Si tu as besoin de conseils, je t’invite à lire mon ebook Mes 4 règles d’or pour retrouver santé et énergie ou à consulter pour être suivi sur le plan nutritionnel. J’ai également rédigé des articles complets sur le petit-déjeuner idéal et sur l’alimentation anti-inflammatoire

  • Gères-tu ton stress et prends-tu le temps d’intégrer des pratiques simples et quotidiennes pour cela ? 

>>> Tu peux essayer mon programme HYGIE//SOMA (méditation gratuite ou pratique de la cohérence cardiaque)

  • Pratiques-tu une activité permettant de mieux faire circuler ton sang, ta lymphe et qui te fait transpirer un peu tous les jours ? 

>>> Marche, brossage à sec, sport, drainage lymphatique sont quelques pistes.

  • As-tu fait un bilan de santé et de vitalité complet dernièrement pour t’assurer qu’aucun déficit ou excès entrave ton objectif de perte de poids ? 
  • As-tu vécu un choc émotionnel ? 

>>> Une consultation est alors ce qu’il te faut prioriser !

Tu l’auras compris, pour moi les pilules minceur et autres compléments alimentaires de ce type sont complètement inutiles dans la mesure où on ne met pas en place une approche holistique de ce qu’on considère comme un poids santé. Arrêtons un instant de se baser uniquement sur l’enveloppe extérieure alors qu’une minceur durable c’est avant tout un profond bien-être intérieur et une bonne santé. 

Prends soin de toi !

Lisa et l’équipe HYGIE

SOMMAIRE

COMMENT PUIS-JE T’AIDER?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

HYGIE est mon Académie de la Santé Préventive et un organisme de formation certifié, dont le but est de faire de la santé holistique une norme.

Ce site utilise des cookies pour vous offrir une meilleur expérience. Mentions Légales

News exclusives!

L'application mobile arrive

Laisse-nous ton mail et ton prénom pour être averti.e du lancement !